Ce qu’il faut savoir sur le projet d’inspection des autos de huit ans et plus

école de l'automobile

Dans une enquête menée par CAA-Québec, 30% des 511 véhicules inspectés n’ont pas réussi à passer les tests environnementaux en matière de consommation d’essence et d’émissions de gaz polluants. Pour aider le Québec à atteindre ses objectifs de réduction des émissions de 37.5% d’ici à 2030, CAA-Québec voudrait que le gouvernement instaure un programme d’inspection volontaire pour les véhicules de huit ans ou plus. Découvrez où en est la situation sur ce projet et quel pourrait être l’impact de l’instauration d’une telle mesure.

Une mesure qui sera à l’étude

Cela fait maintenant sept mois qu’a été déposé le projet d’inspection des véhicules de huit ans ou plus. Le gouvernement semble tarder à trancher sur ce sujet, selon les représentants de CAA-Québec. Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques affirme cependant que l’examen de ce projet est inclus dans le Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques, mais qu’il faudra dans un premier temps s’assurer qu’il ait un réel impact en ce qui concerne ses avantages économiques et environnementaux.

Selon une étude réalisée par CAA-Québec, l’application de cette mesure pourrait permettre une réduction de la production de gaz à effets de serre de près de 320 000 tonnes sur une période d’un an.

L’application d’une telle mesure aurait des répercussions positives pour les étudiants de notre programme de mécanique, qui, une fois sur le marché du travail, auraient à assurer le remplacement de pièces de nombreux véhicules pour les rendre moins polluants.

Un crédit d’impôt pour financer les inspections et les réparations

Pour inciter les automobilistes à faire inspecter et réparer leur véhicule, CAA-Québec suggère dans son projet de puiser dans le Fonds vert du Québec. Ce dernier, financé en partie par les automobilistes eux-mêmes en prélevant 4 cents par litre d’essence acheté, a permis de récolter environ 300 millions de dollars en un an. Redonner cet argent aux automobilistes pour qu’ils puissent effectuer les travaux nécessaires sur leur véhicule serait un geste concret pour réduire les gaz à effets de serre.

Si ce projet de loi est adopté, les étudiants qui suivent une formation en mécanique automobile et qui entreront prochainement sur le marché du travail, devront expliquer aux automobilistes l’importance d’effectuer certains travaux pour réduire les émissions, comme le remplacement de la sonde à oxygène ou le changement du catalyseur. En plus d’avoir un impact positif sur l’environnement, ces travaux permettent de réduire considérablement la consommation de carburant.

L’instauration de ce projet d’inspection présente de nombreux avantages, sachant que le parc automobile est vieillissant au Québec et que plus de 600 000 véhicules pourraient en bénéficier.

La mécanique vous passionne? Pour en savoir plus sur l’École de l’Automobile et sur les programmes que nous offrons, cliquez sur l’onglet « Programmes » de notre site Web ou envoyez-nous une demande d’information pour obtenir votre trousse de renseignements gratuite.

Categories: Mécanique automobile
Étiquettes : , ,

Archives par Mois:

Archives par Sujet:

Commencez votre nouvelle carrière