Les systèmes d’évitement de collisions: une tendance efficace?

Les systèmes d’évitement de collision existent depuis plusieurs années. Ces innovations technologiques sont principalement électroniques. Elles permettent notamment d’éviter des piétons, des animaux, et d’autres véhicules en cas de risque de collisions frontales et latérales. Devant leur développement, le Conseil du service d’entretien et de réparation automobile du Canada (CARS) les a intégrés à ses formations de mécanique automobile. Jusqu’à présent, les systèmes d’évitement de collision fonctionnaient à vitesse faible ou modérée. Mais Toyota Motor Corporation a annoncé fin 2012 la mise au point d’un système pré-collision (PCS) efficace à haute vitesse.

1. Divers systèmes existants

Évitement des piétons

Le constructeur suédois Volvo est le pionnier du système d’évitement des piétons. En 2010, il équipait la V60 d’un outil de détection de piéton combinant radar et caméra intérieure, qui peut déclencher un freinage d’urgence automatique. Ce système se répand chez les constructeurs, il est donc fort possible qu’il se retrouve bientôt au programme des cours de mécanique automobile.

Non content de lancer un système d’évitement des piétons, Volvo va plus loin. La V40 2013 intégrera un coussin gonflable extérieur sous le capot, qui se déclenche en cas de collision frontale inévitable. Voyez plutôt :

Contrôle électrique de la stabilité

Le contrôle électrique de la stabilité permet de retrouver la maîtrise de son véhicule lors d’une manœuvre d’urgence. Si la position du volant et la trajectoire du véhicule ne concordent pas, l’ESC (de l’anglais Electronic Stability System) peut diminuer la puissance du moteur et/ou agir sur les freins des différentes roues pour éviter la collision.

2. Le nouveau système PCS de Toyota

Le problème des systèmes existants est qu’ils agissent dans des cas de collisions à vitesse lente ou modérée. Toyota a donc travaillé sur la façon d’éviter des chocs à vitesse plus élevée. Leur système pré-collision (PCS) a été annoncé en novembre 2012. Voici comment il fonctionne :

  • Un radar à ondes millimétriques détecte le risque de collision avec l’arrière du véhicule roulant devant.
  • Le système avertit le conducteur grâce à un double signal visuel et sonore afin qu’il freine.
  • Le système PCS augmente la force du freinage jusqu’à la doubler si nécessaire pour permettre une réduction de vitesse allant jusqu’à 6o km/h.
  • Si le conducteur ne freine pas, le système le fait pour lui. Mais dans ce cas, la vitesse ne diminuera que de 15 km/h à 30 km/h.

 

3. Des technologies efficaces?

Ces systèmes sont récents et il faudra attendre encore un peu pour avoir des données à grande échelle sur leur impact. Il existe cependant quelques études présentant des résultats encourageants :

  • Transports Canada a réalisé des analyses indiquant que « l’ESC pourrait réduire de 29 % le nombre de collisions des véhicules légers qui résultent d’une perte de contrôle ».
  • Une analyse de la Federal Highway Administration (É.-U.) montrait en 2000 que l’introduction de systèmes évitant les collisions en intersection permettrait de réduire ces accidents de 50 %.
  •  L’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) reconnaît que ces systèmes font partie des mesures essentielles pour réduire les risques d’accident

Si la tendance des systèmes d’évitement se confirme, elle pourrait induire des changements importants pour le métier d’estimateur de dommage automobile.

 

Categories: Nouvelles de l'industrie automobile
Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Archives par Mois:

Archives par Sujet:

Commencez votre nouvelle carrière